180.

Je vais vous raconter ce que cela signifiait de rencontrer les doctorant.es en biologie expérimentale sur le terrain, dans le cadre de ma thèse. J’ai utilisé un certain nombre de méthodes : les relevés de communication, les choix forcés, j’ai aussi utilisé les récits de vie, à plusieurs reprises, et puis des questionnaires ouverts.

179.

Qu’est-ce signifie « faire de la biologie » il y a dix ans ? Qu’est-ce que mon expérience de thèse en sciences de l’information et de la communication dit lui aussi de ce que signifie « faire de la recherche » il y a dix ans ? Quels échos ? Quels enchevêtrements ?

174.

Nous sommes en 2010, la biologie répond à des logiques capitalistes et productivistes fortes, le publish or perish est marqué, peut-être plus que dans d’autres disciplines. Ce qui me paraît flagrant, sans que je ne le théorise plus loin, c’est à quel point l’ordinaire, le quotidien vécu des doctorant.es (traduit-trahit j’allais dire) rend compte de cet environnement construit par les politiques de recherche, de ce dispositif, ce milieu structurant de la pratique de la recherche, de l’obtention de résultats, de la production de données et d’articles, dans le plus infra : c’est-à-dire dans le vécu, au jour le jour, des enquêté.es. Ce rapport me frappe entre politique de la recherche, régime de construction des savoirs et micro/infra, quotidien, intime presque de la pratique de recherche dans les laboratoires, celle qui ne se voit pas, celle qui ne se perçoit pas. Les langages, les esprits et les corps sont traversés par des politiques, des milieux dans lesquels ils baignent. Je pense à présent ces questions avec Stengers, Pignarre, Guattari et Deleuze. Et notamment à partir de La sorcellerie capitaliste – Pratiques de désenvoutement[1].


[1] Pignarre, Philippe et Stengers, Isabelle. 2005. La sorcellerie capitaliste. Paris, Éditions La découverte.

173.

Le temps de la thèse est fini. Un temps long, continu, l’installation possible dans l’épaisseur des conversations et des questionnements : il a pris fin. Et avec lui un quotidien de lectures, de pensées à partir d’un sujet qui m’a occupée pendant quatre années. J’ai fini par oublier les errances pour me souvenir de la rareté de ce temps dédié à l’élaboration d’une réflexion, au tâtonnement, aux incertitudes et à la construction lente, besogneuse. Bien sûr des reliefs apparaissent, je n’ai pas vécu, mangé, dormi « thèse » pendant quatre ans, j’ai eu la chance d’y associer le travail collectif de recherche et l’émulation des échanges, au sein du laboratoire C2So « Communication, Sciences et Société », des séminaires, des rencontres, des discussions informelles ; lors de mes enseignements et des interactions avec les étudiant.es et doctorant.es en biologie notamment, en cours « Sciences et Société » ; avec l’équipe du service Science & Société de l’Université de Lyon (PRES) ; tous les échanges numérico-réels, via les blogs et Twitter ont joué un rôle roboratif essentiel.

172.

Topologie ou topographie de cet autre livre – Inspirée par les écrits de Georges Perec et les travaux coordonnés par Muriel Lefebvre, par l’expérience des Espaces réflexifs et des carnets de recherche, par mes échanges avec Joëlle Le Marec, Baudouin Jurdant, Caroline Muller,  Marc Jahjah et Eva Sandri, par la lecture de l’article de Sandra Laugier sur l’infraordinaire transatlantique[1], je m’intéresse aux infra-ordinaires de la recherche, aux processus de la recherche et aux pratiques (de communication) qui la structure ; je m’intéresse à la manière dont je donne et je prends la parole en tant que « je » chercheuse, à la manière dont je la donne ou restitue aux personnes rencontrées sur mon terrain de recherche : sujets de ma recherche et non objets de ma recherche.


[1] Sandra Laugier, « L’ordinaire transatlantique », L’Homme [En ligne], 187-188 | 2008, mis en ligne le 01 janvier 2010, consulté le 03 mai 2019. URL : http://journals.openedition.org/lhomme/29239

171.

Je reformule l’une de mes questions : comment peut-on tisser « l’appareil critique », le terreau épistémologique, avec les « résultats de recherche » ? Quelles formes inventer au-delà du manuscrit « classique » ? Comment inventons-nous des manières de relier une hétérogénéité de matériaux, porteuse d’un geste qui parle plus qu’un « résultat » délié, déraciné de toutes les écritures intermédiaires[1] qui l’ancrent dans une matérialité de l’élaboration et des relations qui la rende possible et la contraigne ? Pouvons-nous considérer les écritures intermédiaires comme autre chose que de la littérature grise, et les faire importer comme ce qui nous permet justement de rendre compte d’un processus et de situer des savoirs ?


[1] Lefebvre, Muriel. 2013. « L’infra-ordinaire de la recherche. Écritures scientifiques personnelles, archives et mémoire de la recherche », Sciences de la société, n° 89, disponible sur : http://journals.openedition.org/sds/203 ; Latour, Bruno et Woolgar, Steve. 1988. La Vie de laboratoire. La production des faits scientifiques, Paris, Éditions La Découverte.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search